Cépages et Couleur


Etes vous plutôt rouge ?



Ici dominent les cépages nobles de la vallée du Rhône : Grenache, Syrah qui couvrent presque la moitié de l'encépagement. Le cabernet-sauvignon et le merlot, devancent le Gamay, cultivé sur la bande gréseuse qui longe les Cévennes. Le pinot se développe progressivement.

Sans oublier le Chatus, cépage local " Vitis Vinifera " oublié, ressurgi depuis quelques années.

C'est la richesse des terroirs de l'Ardèche Méridionale qui a permi la multitude de cépages issus des principales régions viticoles de s'implanter avec succés.

Ou plutôt blanc ?



En blanc, le chardonnay s'est formidablement acclimaté sur les contreforts du Coiron. Il y trouve le soleil de sa maturation… et une fraîcheur nocturne qui lui évite de surmûrir et lui permet de tirer la quintessence de son sol ardéchois. Le viognier, donne en Sud Ardèche un vin blanc très aromatique. Le duo est principalement complété par le sauvignon et le grenache blanc. On trouve également  la Roussanne, la clairette,  la Marsanne et l'Ugni blanc.


Rosé, pour en finir avec les a priori


Le rosé est  un vin assez complexe et délicat à élaborer. Il est issu de raisins noirs à jus blanc. On peut faire du rosé avec tous les cépages utilisés pour les vins rouges. Le rosé est une affaire de Vinification.

En Ardèche, on compte pas moins d'une dizaine de cépages rouges différents. La richesse des terroirs qui composent notre département est à l'origine de cette diversité. Chaque cépage apporte ses particularités : le syrah donnera une note épicée et de la structure, les grenaches une note fruitée… Aucun rosé n'est identique.

Les gris de cabernet ou de grenache sont souvent des vins rosés à la robe très claire et brillante. Frais, secs et fruités, ils s'imposent à l'apéritif et sur les poissons grillés. Proches des blancs par leur structure, ce sont des vins d'été par excellence.

D'autres rosés plus classiques sont secs, souples et vifs, fruités et floraux, parfois assez charnus avec une note de terroir : ils ont encore leur place à l'apéritif avant d'accompagner charcuteries, viandes blanches, grillades et picodons.
Après deux ou trois ans, ils s'arrondissent et prennent des notes évoluées qui les destinent plus aux viandes qu'aux poissons, sauf certaines espèces de caractère telles le rouget ou la sardine.

Les rosés de syrah, reconnaissables à leur robe soutenue, ont un caractère sauvage, buissonnier, épicé ; le terroir est souvent marqué,surtout dans les Côtes du Vivarais Rosés, ce qui leur donne une originalité particulière.
Parfois corsés, jamais lourds, mais présentant toujours une bonne fraîcheur persistante qui s'atténue seulement après deux à quatre ans de garde, ils s'affirmeront avec l'agneau, les ragoûts et toutes les recettes de style méditerranéen.

On trouve ainsi une large palette de rosés à consommer tout au long de l'année, en apéritif ou en accompagnement de viandes, charcuteries, fromages et desserts. A chacun son style, selon ses goûts et ses envies !


Les rosés représentent environ 30% de la récolte viticole du Sud de l'Ardèche.

D'un point de vue technique

Pour faire un bon vin rosé, la vendange doit s'effectuer tôt le matin, aux heures les moins chaudes de la journée de façon à conserver le maximum d'arômes du raisin et éviter l'oxydation.

Il existe 2 techniques de vinification : le Pressurage direct et la Saignée.
- Dans le cas du pressurage direct, les raisins sont pressés immédiatement. Le jus reste peu en contact avec les peaux. Le vin obtenu est rose pâle ou gris.
- Lors de la saignée, les raisins macèrent. Le jus reste en contact avec les peaux selon une durée variable, en fonction de l'intensité aromatique et chromatique souhaitées. Lorsque l'intensité de la couleur est suffisante, on pratique la " saignée " dans les cuves par le prélèvement d'une partie du moût avant fermentation.

L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEUREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.