Les millésimes


 

2009 :


Le millésime 2009 pourrait être qualifié de très bon millésime au potentiel phénolique riche et intéressant. Millésime très précoce, voisin de 2003, avec une avance de 10 à 15 jours par rapport à 2008.
Par contre une perte de récolte de 10 % à 25 % suivant les secteurs, liée principalement à la taille des baies moyennes et à pellicules épaisses, mais surtout à un fort déficit hydrique en période estivale avec très peu de pluie en juillet/août, couplé à des températures caniculaires sur le mois d'août.
Des couleurs très élevées (record), avec une structure phénolique très élevée.
Des acidités moyennes à élevées, avec peu de malique, des bouches marquées par les notes de confiture de fruits rouges et réglisse, mais aussi végétal avec de la sècheresse sur raisins stressés, ou à maturité incomplète.
Très beau millésime dans l'ensemble pour qui a su adapter ses régimes d'apports en fonction de la maturité phénolique.
Blancs : Frais, secs, équilibrés, tirant sur le fruité et des notes d'agrumes sur les cépages
Sauvignon Blanc et Grenache Blanc. Ronds, gras, expressifs, équilibrés, fruités mûr, avec une tendance fruits exotiques sur les cépages Chardonnay et Viognier. A noter cette année une très belle expression aromatique et gustative sur ces deux cépages.
Rosés : Pâles à colorés,, frais et fruité mûr avec une touche d'agrumes mais également florale et confiture de fruits rouges sur les cépages grenache, cabernet et Gamay. Pâles et tendres sur la couleur, rond frais et fruités doux sur les cépages Merlot et Pinot. Très colorés et vifs sur la couleur, charnus et fruités mûr (confiture de framboises, cerise, groseille) avec une touche amylique sur cépage Syrah.
Rouges : niveau des couleurs très élevé sur tous les cépages Gamay ; Syrah ; Grenache, Merlot et Cabernet. La structure des vins rouges est plutôt élevée dans l'ensemble (belle richesse polyphénolique), avec un caractère orienté sur les petits fruits rouges mûrs (cassis, cerise, mûres ...), avec une légère touche herbacée et végétale sur les vendanges stressée. De très belles cuvées mûres avec des notes confiturées sur les cépages arrivés à pleine maturité phénolique.


 

LA TENDANCE DES VINS 2010 :


2010 : Les conditions climatiques sur l'ensemble des zones et terroirs du sud Ardèche ont favorisé la concentration du raisin. Les viticulteurs et vignerons ont enregistré avec satisfaction l'excellent état sanitaire des baies, et la bonne maturité phénolique (couleur et tanins) qu'il a fallu attendre un peu plus que les millésimes précédents. Le rationnement en eau qui a sévi dans le sud a concentré les éléments nobles de la pellicule et de la pulpe des baies.
Cette faible pluviométrie associée aux conditions climatiques particulières (mistral et temps clair) pendant la phase de maturation du raisin a offert aux vignerons vinificateurs les conditions favorables à la réalisation de belles cuvées.

Blancs :
Chardonnay : Fruités frais, bonne acidité, bonne expression variétale. Viognier : Expressifs à maturité. Viognier tardif : des arômes de sirop de pêche, abricot sec, confiture de mirabelle, mandarine confites. Sauvignon : Vifs sur la première période, expression variétale lente à se dessiner, plus fruits exotiques, et buis ensuite. Grenache : Expressifs à maturité, frais, acidités maliques plus marqués.

Rosés : Pinot : belles couleurs franches et vives, finesse et élégance. Gamay : belle couleur grenadine, expressifs tout en fruit. Merlot : belles couleurs vives et franches, finesse, le fruit rouge est bien présent. Grenache : Frais et fruités, belle expression fruitée. Cabernet : belles couleurs vives et franches, nez expressifs (fruité, floral), équilibrés. Syrah : couleurs plus faibles que d'habitude, nez fruités, acidités maliques plus marqués.

Rouges : Belles couleurs sur l'ensemble des cépages, même sur grenache traditionnellement en retrait. Pinot : Très ronds après Malo, bouche cerise griotte, et réglisse. Gamay : Sans surprise sur les petits fruits rouges, acidité et fraîcheur présents. Grenache : Ronds et charnus dans l'ensemble sur les AOC; plus légers, mais d'un bon niveau en IGP. Syrah : un potentiel intéressant, très réactifs en peu de temps, on monte en puissance sur cassis, iris, violette, voire pruneau réglisse. Merlot : Bon potentiel du fait des petites charges cette année, ronds charnus et déjà expressifs après Malo. Cabernet : Encore une fois, ont bénéficiés des vertus de la pluie. Très concentrés et charnus sur les situations peu stressés, un peu plus variétal et végétal sur les vignes à plus fort rendement. Marselan : couleurs exceptionnelles, profils sans grande typicité, mais structurés, assez agréables et souples après malo. Chatus : A tardé à mûrir pleinement, belles structures, mais pour ce type de vins, on sait pertinemment qu'il faudra attendre au moins deux ans après passage en barriques, plus une année supplémentaire en bouteille avant de découvrir les vertus du millésime 2010.

 

2011 :


2011 :la récolte 2011 est supérieure de 10 % en volume à 2010. On pouvait espérer un chiffre plus significatif, mais la grêle en a décidé autrement.
La précocité, par rapport à 2010, un moment estimée à 4 semaines après floraison, est passée de 7 à 10 jours suite à un mois de juillet et début août plutôt froids et bien arrosés sur les cépages de 1ère époque (
Sauvignon, Viognier, Merlot, Syrah...). Les cépages de 2ème et 3ème époques (Grenache, Cabernet, Carignan…), présentaient des degrés souvent très élevés notamment en vallée du Rhône.
Grâce au temps estival constaté sur la 2ème et 3ème décades de septembre, les raisins ont concentré rapidement, et la couleur d'un bon niveau a diffusé facilement dès le début des macérations en rouge. On retrouve des rouges avec un beau fruité mûr, et une structure tannique moyenne pour un millésime de garde moyenne. Un millésime dans l'ensemble jugé "gourmand" avec des vins souples aux tanins fondus. Des blancs de bel équilibre, principalement en raison de températures chaudes la journée et fraîches la nuit. Des rosés dotés de notes de petits fruits rouges mûrs, et confiturés, les raisins ayant été récoltés à des degrés acceptables malgré la chaleur.
Un très bon niveau qualitatif sur les vendanges tardives avec un niveau de concentration très élevé.


 

2012 :


2012 : Bonne nouvelle : le niveau de production se situe pour le millésime 2012 dans la moyenne des derniers millésimes, alors que la récolte est en retrait par rapport à 2011. Les vins 2012 friands, accessibles et faciles à boire sont à découvrir sur leur jeunesse.
Au vignoble, les fortes gelées de février qui ont donné un débourrement précoce mais hétérogène. ont été heureusement suivies de nuits fraîches et de précipitations régulières qui ont permis la croissance des plantes. Ainsi, ce millésime a été long à se dessiner.
Ensuite, la phase de maturation du raisin a été très lente : ce qui met à rude épreuve les nerfs des vignerons !
Quelques jours de fortes chaleurs fin août ont déclenché les vendanges pour les cépages précoces comme le
Sauvignon. La maturation des baies a été plutôt lente par la suite et a permis d'étaler la récolte sur 7 à 8 semaines dans certains secteurs.
Les cépages récoltés au cœur des vendanges sont souvent ceux qui ressortent le mieux en dégustation : Syrah, Grenache, Viognier se distinguent par leur équilibre et leur fraîcheur aromatique. Les cépages les plus tardifs comme le Carignan et le Cabernet ont mis parfois un peu plus de temps à atteindre la pleine maturité mais réservent quelques bonnes surprises.
De manière globale, 2012 est un millésime friand. Grâce à des niveaux modérés d'alcool et des acidités plus faibles, il devrait satisfaire la plupart des amateurs de nos vins, en particulier en rosé. Sur les cuvées de rouge, la finesse aromatique et le soyeux des tanins laissent penser qu'il faudra apprécier ces vins plus tôt que d'habitude.


 

2015 :


2015 : Après un hiver 2014-2015 favorable à la reconstitution des réserves hydriques des sols ardéchois, le printemps arrosé a été favorable à la croissance végétative de la vigne.
Le mois de juillet 2015 caniculaire a créé un épuisement des réserves hydriques des sols et un arrêt de croissance de la vigne, toujours favorable à la qualité des raisins.
L’arrière-saison relativement sèche et plus fraîche malgré quelques épisodes cévenols a permis aux grappes de mûrir dans d’excellentes conditions. Au final, tous les cépages ont été vendangés avec une dizaine de jours d'avance à maturité optimale et un état sanitaire irréprochable promettant un bon potentiel pour les vins du millésime 2015.
Ce millésime chaud et précoce a permis de produire des blancs et rosés souples, fruités avec des acidités faibles, équilibre qui devrait ravir les consommateurs. Les vins rouges ont bénéficié de ce millésime d’exception, ils sont intenses, élégants et avec une belle concentration en bouche. Les tanins assez fins apportent de la puissance tout en conservant une fraîcheur aromatique très fruitée ce qui laisse présager d’un excellent potentiel de garde pour ce millésime à ne pas rater en Ardèche.



L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEUREUX POUR LA SANTÉ. À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.